titre vignoble californie
Poursuivant notre route vers Los Angeles, nous traversons la superbe vallée de Santa Ynez. L’occasion de visiter un vignoble, et de rencontrer un amoureux du vin, de la France, et des bonnes bouteilles.
vignobles de Californie sur la route
Nous quittons la 1 pour la 101
Olivier et vignes Vincent Vineyard

La voiture roule doucement à travers les vignes, pour nous permettre de prendre des plans filmés d’ambiance. Dehors, le temps est un peu couvert, comme souvent le matin dans ce coin de Californie rafraîchi par l’océan Pacifique, tout proche. Cela fait désormais plusieurs jours que nous avons quitté San Francisco, et nous approchons du but de notre voyage : Los Angeles. Mais avant de quitter la campagne californienne pour nous engouffrer dans une des mégalopoles les plus embouteillées du monde, un dernier moment de calme nous attend : la visite des Vincent Vineyards, vignobles plantés par un magnat d’Hollywood dans la vallée de Santa Ynez, et la préparation d’un dîner dans un camping à l’ancienne, façon pionnier américain. Il s’agit, après avoir exploré la musique à San Francisco, et le surf le long de la côte, de s’intéresser désormais à un aspect moins connu en Europe du lifestyle Californien : le vin. Et la cuisine tant qu’on y est, puisqu’en bons français, nous n’imaginons pas manger sans boire un coup, ni boire un coup sans manger.

Vous avez manqué un article? 

Introduction

 Etape 1 : San Francisco

Etape 2 : Half Moon Bay - Santa Cruz

Etape 3 : Santa Ynez - Santa Barbara

Etape 4 : Venice Beach, Los Angeles (à venir)

« Boire un coup » ? L’expression est peut-être un peu triviale pour le travail de Jeff Branco, un œnologue passionné qui nous accueille ce matin-là au vignoble, et nous parle dans un français parfait quoique teinté d'un agréable accent américain. Et pour cause : Jeff a passé son diplôme à l’université de Bordeaux ! C’est aujourd’hui un « winemaker » respecté dans toute la Californie, où il exerce son art depuis plus de 20 ans. Après avoir pris un café pour se remettre d’une longue soirée la veille, Jeff nous explique son parcours. Et c’est peu dire que son histoire d’amour avec notre boisson nationale n’était pas vraiment gagnée… « J’ai découvert le vin à 19 ou 20 ans. La première fois, c’était à l’université : j’ai acheté un vin de New York. J’ai pensé que c’était dégueulasse… » Il faut dire que le jeune homme a grandi dans le Massachusetts, un État sans culture viticole : « Tu penses peut-être que mes parents adoraient le vin mais non, mon père ne buvait que de la bière ! »

Le vin commence pour Jeff en France… pour les beaux yeux d’une fille, bien évidemment. « Quand j’étais à l’université j’ai rencontré une jeune femme qui faisait une année à la Sorbonne à Paris, et je me suis dit que ça ne serait pas mal d’aller en France. La famille qui hébergeait mon amie était celle du PDG d’Orangina, boulevard Raspail. Ils étaient sympas, et j’ai rapidement appris à apprécier le vin et la bonne cuisine. » C’est à Paris que ses premières émotions oenologiques se réveillent : « Avec mon amie, j’ai goûté les villages du Beaujolais, Fleurie, Moulin à Vent, et j’ai trouvé que c’était formidable et pas trop cher. C’était ça la vie : une baguette, du fromage, de la moutarde et du vin. C’était meilleur que des hots dogs et du Coca-Cola. »

Zoom sur les vignes

Tombé amoureux de la France, Jeff passe 9 mois en Normandie, puis descend à Bordeaux pour tenter sa chance dans le vin, en proposant ses services en marketing, sa spécialité à l’époque. « Je suis allé dans tous les grands négoces, je sonnais, et il y avait toujours une secrétaire qui aurait pu être garde du corps à l’entrée… Ça m’a pris six mois pour avancer, et souvent quand on me laissait entrer c’était juste pour voir l’américain fou qui s’était installé à Bordeaux. » Mais le passionné persévère, et bientôt un propriétaire de domaine lui conseille de poursuivre ses études dans le vin, et propose de l’aider à rentrer à l’université : « il m’a poussé à rentrer parmi les candidats, en me disant qu’il me soutiendrait. Je me suis impliqué, ça a été deux ans de ma vie ave beaucoup de travail, et la plupart du temps je ne savais même pas ce que j’écrivais. J’en reparlais avec mes amis après pour comprendre le sens des leçons. Sans eux j’aurais raté. » Aujourd’hui, Jeff dirige la vinification (processus de transformation du raisin en vin, ndlr) dans le domaine de Vincent Vineyards, après avoir travaillé dans tout l’État et notamment à Paso Robles, plus au nord.

La Californie comprend ainsi trois grandes zones de production : la Napa Valley, à côté de San Francisco; Paso Robles, au centre de l’Etat; et la Santa Ynez Valley, dans le comté de San Barbara. Des terroirs très différents, que notre hôte nous détaille : « Je dirais que les vins de Napa vont être très riches, très taniques, et peuvent ressembler à un vin de qualité du Languedoc Roussillon. À Paso Robles, sur une distance d’un kilomètre il y peut y avoir un changement de température en été de 5 à 8 degrés, à cause de la hauteur des montagnes qui laissent plus ou moins passer le vent du Pacifique, donc c’est difficile à généraliser, mais en tout cas, il fait suffisamment chaud, et si tu travailles bien tu as la maturité chaque année. » Ce qui est loin d’être le cas à Santa Ynez. « Ici, pour comparer, on est entre les vins de Chinon et les vins de la région bordelaise, un climat entre les deux, assez frais pour la Californie pour faire les cépages bordelais. » Comme dans ces régions, toutes les années ne donnent ainsi pas un grand millésime : « Ce n’est pas garanti. Après 20 ans dans le métier, j’aime savoir que ce n’est pas donné, que c’est un challenge. »

bouteilles vin
Logo Vincent Vineyards
conseils de Jeff Branco pour la dégustation d'un verre de vin

Mais les températures plus fraîches de la vallée de Santa Ynez permettent aussi de faire des vins plus complexes : « Ici comme il fait plus frais, les vins n’ont pas trop d’alcool, ils sont moins lourds, et la trame tanique marche mieux avec la cuisine. » Et en parlant de cuisine, il semble que la Californie soit en plein changement… « La culture gastronomique a beaucoup évolué dans les petites régions. Car à San Francisco, elle existe depuis très longtemps, comme à New York. Mais même dans le village de 8000 personnes ou j’habite, il y a trois restaurants qui changent leur menu tous les mois, et qui se fournissent localement non seulement en légumes, mais aussi en viande et poisson. »

parés à cuisiner, ingrédients sur la table en bois.
lecture du livre CuisinSitu avant de se lancer
Livre de cuisine CuisinSitu
Une petite bière avant de démarrer
enceinte B&O Play

L'arme du crime, petite chose ronde à droite : enceinte B&O Play.

Le soir même, nous décidons de rendre hommage à ce patrimoine gastronomique naissant, où le barbecue joue bien évidemment une grande place. Direction la plage d’El Capitan, et l’éco lodge « El Capitan Canyon », un camping/lodge 8000 étoiles (au moins), avec grandes tentes en toile de jute et baraquements en rondins, façon pionnier du 19e siècle. Un petit moment de Far West qui nous ravit.

Avant de nous mettre à cuisiner, nous sortons notre enceinte prêtée par nos amis de RetroFutur, histoire de balancer un peu de country pour se mettre dans l’ambiance. Constatant avec plaisir un son assez puissant pour emmerder tous nos voisins (nous sommes français tout de même), nous nous attaquons en rythme à quelques recettes-hommages à la cuisine locale, melting-pot d’influences latino, européennes et américaines. Un petit ceviche au kiwi pour commencer, et un rack de baby back ribs grillé sur le barbecue pour continuer (La recette sera bientôt en ligne dans la partie gueuletons). En accompagnement, un guacamole aux avocats californiens, et une bonne bouteille pour arroser le tout.

Autour de 23 heures, alors que nous achevons nos agapes, une mouflette vient nous rendre visite. Impossible d’imaginer, là, en pleine nature, que le lendemain nous serons à Los Angeles…

Les Bons Plans de la Route 1

 

Le vignoble de Jeff Vincent Vineyards, 2370 N. Refugio Road, Santa Ynez, CA 93460

Le meilleur Nature Lodge de l'ouest américain Nature Lodge El Capitan, 11560 Calle Real, Santa Barbara, CA 93117 

coupe du saumon pour le ceviche

La découpe du saumon : une étape cruciale du Ceviche

La Garçonnière cuisine en Californie

Remplissage du Ceviche dans les peaux de Kiwi : rien n'est perdu !

Cuisine en Californie en pleine nature

Préparation des avocats pour le Guacamole

biere et lecture

Petite pause en cuisine pour se désaltérer. C'est important.

cuisson au barbecue en Californie par La Garçonnière

Cuisson des Ribs au barbecue. Si la photo donne faim, imaginez avec l'odeur !

Ceviche saumon en Californie

Déjà fini. Le Ceviche, c'est vite fait ! (n'y voyez surtout aucun jeu de mots)

Barbecue californien à La Garçonnière

Le temps de cuisson est quand même long, la nuit tombe...

guacamole aux avocats Californiens

Préparation des bagels au Guacamole : c'est sain, c'est bon, c'est facile.

barbecue en Californie

Depuis toujours, l'Homme est fasciné par le feu. La preuve en image

Bagels Guacamole Californiens

Les Bagels aussi sont finis. Astuce: les griller à l'avance sur le barbecue.

...et la dégustation se fera à la frontale !

repas fini la nuit dans la nature Californienne
bouteille de vin La Garçonnière

BONUS : On a même rapporté un petit cadeau de Jeff dans nos valises. Une bouteille à l'effigie de votre serviteur : Le Renard !

NOUS SOUTENIR

 

Oui, on mélange l'utile à l'agréable car on fait de beaux voyages. N'empêche que tout ça, c'est beaucoup de boulot !

Si vous souhaitez nous soutenir, un simple like sur facebook, instagram ou une inscription à la newsletter nous fera déjà grand plaisir !

Vus dans cet article :