Les premiers coups de soleil sont arrivés, et notre besoin en vitamine D commence à peine à être comblé. Oui, mesdames-messieurs, l'été est bien là !
Et nous, on a prévu le coup, avec une petite thématique aux notes iodées à l'occasion de laquelle on vous a déniché une petite pépite, qui vous donnera encore plus envie de profiter des joies du littoral. Bienvenue au Café de la Marine !

Depuis l’ouverture de La Garçonnière à Bordeaux en mars dernier, toute l’équipe garde un œil sur les jeunes marques locales, afin de venir régulièrement agrémenter notre sélection de quelques pépites girondines. C’est ainsi qu’en préparant la thématique Café de la Marine il y a quelques mois, nous avons repérés Joli Roger, une toute jeune marque dont la première collection est sortie début avril. L’idée ? Remettre la vareuse au goût du jour, avec des produits de qualité, retravaillés pour une coupe optimale. Une aventure née les pieds dans l’eau pour Hugo et Sébastien, deux des trois fondateurs.

« Il y a quelque temps qu’on avait l’idée d’entreprendre, et puis un matin on est parti surfer, notre vareuse sur le dos. On a commencé à en parler et on s’est dit pourquoi pas monter une marque autour de ce vêtement iconique ! » explique Sébastien, avant de poursuivre  « Je voulais poursuivre mes études avec une licence en entrepreneuriat, donc je l'ai faite avec ce projet déjà en tête, et j’ai étudié tout ça pendant un an. » Un choix appuyé par Hugo « La vareuse c’était le vêtement parfait. On avait aucune expérience dans le textile, mais on aimait le coté authentique, un peu rustique, et très épuré de cette pièce. Toute l’histoire autour, l’aspect marin, ça nous a tout de suite beaucoup intéressé. »

Joli Roger sunset
vareuse bleue

La société est créée en novembre 2017, puis les choses s’enchainent. Valentin, un troisième associé, rejoint l’affaire en janvier, et la première collection été sort sur l’e-shop de la marque. Celle-ci comporte trois pièces, chacune déclinée en trois couleurs : « La doyenne », version maison de la vareuse traditionnelle, avec poche intérieure, « L’intrépide », avec boutons en bois du Jura et poches ventrales, et « La subtile », veste courte inspirée des vareuses, mais avec un coton plus fin, une doublure, et un boutonnage complet en bois. Une vraie réussite, intégralement fabriquée en France pour la première collection, avant de certainement se voir répartie entre la France et le Portugal pour la suite.  Côté couleurs, la marque opte pour une gamme bleu / vert / rouge en cassant ainsi encore un peu les codes du vêtement d’origine. Explications d’Hugo « Traditionnellement, chaque couleur correspond à un corps de métier. Bleu ce sont les pêcheurs en haute mer, rouge c’est les ostréiculteurs, rouille les pêcheurs au casier, et jaune ce sont les pêcheurs à pied. »

infographie couleurs de vareuses et métiers
couleurs de vareuses
vareuse bleue
vareuse verte

Pour casser encore plus les codes, les trois entrepreneurs de 28 ans décident d’axer leur image autour d’une direction artistique très inspirée par la piraterie… en commençant par le nom de la marque : « Joli Roger c’est Jolly Roger, le pavillon à tête de mort, qui lui-même vient de « Joli Rouge », le pavillon sans quartier des boucaniers français. C’était donc l’idée de refranciser cette image. On s’est intéressé à la piraterie pour chercher des noms, et ça nous a beaucoup inspirés. Il y a une vraie image de liberté, d’authenticité et d’anticonformisme. C’est un peu notre tempérament. »

Logo Joli roger

 

Dessins joli roger
La Subtile, pièce centrale

Autre inspiration clairement revendiquée, l’univers du tatouage old school, qui se mélange très bien aux références pirates. Il faut dire que l’un des trois fondateurs, Hugo, est un artiste chevronné, ancien graphiste devenu tatoueur. « J’ai toujours été passionné de tatouage et on a développé l’identité graphique autour de ça, explique-t-il. J’adore les vieux tatouages de marin, de taulard… Et ça va très bien avec l’univers de la piraterie, il y a un vrai lien. » Ça tombe bien, le salon de tatouage d’Hugo est installé à quelques mètres du bureau de Joli Roger !

Les trois associés se répartissent le travail du quotidien selon les compétences de chacun, l’un à la stratégie et à la gestion, le second à la communication, et le troisième au design. Les collections sont validées par l’ensemble, puis confiées à une modéliste qui prépare les patronages pour l’envoi à la fabrication. Pour les futures collections, l’équipe prépare ainsi des sweats, des t-shirts, et une série de collections capsules avec des personnalités différentes… « Par exemple la semaine prochaine on va faire un shooting avec Paul Duvignau, un surfer qui est shaper, à Hossegor, et on va travailler ensemble sur un design qui lui convient dans son activité quotidienne. Et là on sera sur des éditions limitées, expliquent les trois fondateurs. L’idée c’est de rester dans un univers de workwear marin. »

Et pour ce qui est des autres projets ? Se rapprocher de l’océan, fatalement… « On aimerait bouger vers la mer, on réfléchit entre la Gironde et les Landes. Avoir un vrai confort. » Surfer le matin, designer des vareuses l’après-midi…. On a en effet vu pire comme style de vie !

lookbook joli roger
JOLI ROGER EST UNE EXCLU GARÇONNIÈRE !

Retrouvez la collection en boutique, à Paris ou à Bordeaux.

pose café de la marine
sunset joli roger café de la marine