titre responsable
Derrière un produit, une démarche...

Le français aime les cases. C’est facile une case, et puis ça rassure. Tel magasin ne fait que des slips, l’autre vend tout à dix balles, et le troisième est bio. Le cadre est posé, on sait dans quoi on s’embarque, surtout si on cherche un slip, une tasse à 5 balles, ou du thé bio. Mais l’affaire se complique parfois, et le français tout content de passer d’un magasin à l’autre en identifiant facilement les cases se retrouve un jour à La Garçonnière. Et là, forcément, rien ne rentre dans des idées préconçues. Le gars voit des fringues, et puis des bouteilles, des vinyles, des chaussures, de la tapenade…. Le cerveau déraille, ça fume, on est sorti de piste. On cherche d’autres voies : « Mais alors, c’est quoi le concept ? Vous ne faites que du Made in France ? » Non plus ! Encore raté. Le Made in France, c’est bien quand c’est possible, mais ce n’est pas forcément gage de qualité. Et nous, ce qu’on aime, c’est justement la qualité.

Bien entendu, lorsqu’on peut allier les deux, c’est encore mieux. Après tout, qu’est ce qui nous plait dans la fabrication locale ? Le fait d’acheter français en bombant le torse comme un imbécile à béret et baguette ? Ou le fait de permettre à des industries locales de maintenir leur savoir-faire et leurs emplois, tout en évitant aux produits de faire cinq fois le tour du globe dans des conteneurs ?

On choisira de notre côté la deuxième acception. Et c’est pourquoi 70% de notre offre est faite de marques françaises, sans que nous cherchions particulièrement à mettre en avant les produits français avant tout. Vous suivez le concept ? Comme tous les secteurs de nos sociétés contemporaines, la mode se doit aujourd’hui d’être responsable.

Et ce but peut être atteint par une production locale, mais aussi par le choix de textiles bio, de modes de production éthiques, de circuits de distribution respectueux de l’environnement etc…. Les solutions sont multiples, et chaque marque peut jouer sur un ou plusieurs de ces critères pour faire avancer les choses.

champ de coton
bivouak marque bio
veja marque responsable

À la Garçonnière par exemple, de nombreuses marques ont fait le choix d’avancer vers une démarche éco responsable, sans surjouer le green washing, mais en étant vraiment conscient des enjeux. Pour rappel, l’industrie de la mode est l’une des plus polluantes au monde, un phénomène amplifié par les cycles de vie de plus en plus courts de nos vêtements, poussés au placard par les collections multiples. Et pour la génération qui est celle des fondateurs de La Garçonnière, et de beaucoup de marques avec qui nous travaillons, ces enjeux ne sont pas une menace lointaine, mais un quotidien sur lequel nous devons chacun agir à notre niveau.

Ainsi par exemple de certaines de nos marques de prêt à porter. On peut notamment citer Nudie Jeans, connu pour un engagement fort en faveur d’une démarche responsable, travaillant sur un denim 100% à base de coton bio, et encourageant fortement la réparation des vieux modèles plutôt que leur abandon. Au point d’avoir d’ailleurs développé un service dédié dans leurs boutiques. On applaudit bien évidemment cette façon de faire, qui va dans le sens d’une croissance responsable, sans encourager l’achat de pièces jetables. Dans un autre type d’engagement, on peut aussi citer le cas largement médiatisé d’Armor Lux, qui a fait le choix voici quelques années de rapatrier toute sa production en France. Un pari gagnant pour la plus célèbre des marques de marinières. Mais attention, la production locale n’est pas tout, encore une fois. Du côté de Bask in the Sun, marque de Guéthary, les pièces sont fabriquées au Portugal, mais la majorité des textiles sont certifiés bio, ainsi que les teintures. Autre marque de prêt à porter bien connu de notre communauté à La Garçonnière, Jagvi a elle fait le choix d’utiliser une production française lorsque c’est possible pour les vestes par exemple, et d’utiliser des tissus français pour une production portugaise pour les chemises et pantalons.

Singe foret

Car il n’est pas toujours facile de fabriquer en France sans avoir une certaine taille critique, ou lorsqu’on souhaite conserver un prix vraiment intéressant. Et c’est particulièrement vrai du côté des accessoires, avec Qwstion par exemple, une des marques phares distribuées en boutique. Pas de production locale, mais une production chinoise de qualité avec une usine membre d’une initiative de l’Union Européenne garantissant que ses standards sociaux et écologiques sont appliqués sur place (BSCI, Business and social compliance initiative).

A l’inverse, en pratiquant des prix plus élevés, RSVP Paris peut maintenir sa production de maroquinerie dans des ateliers en France et en Espagne. Nous vous en avons fait d’ailleurs visiter un sur ce mag l’année dernière en Franche Comté. En allant encore plus loin dans leur démarche, les fondateurs des lunettes en Rezin wood ont eux souhaité planter un arbre par paire vendu, et n’utilisent en production que des bois provenant de forêts gérées durablement. Pas de risque donc de se retrouver avec sur le nez une paire de lunettes provenant d’une déforestation massive.

Autre marque utilisant le bois comme matière première, Oncle Pape a fait le choix d'une certification FSC dans son sourcing, certificat qui assure une gestion raisonnée des ressources, et met la priorité sur la reforestation.

Du côté des chaussures, impossible évidemment de ne pas citer Véja et son engagement constant pour une approche éthique et éco responsable de la mode. Utilisation de coton bio, sélection de baskets Vegan, travail avec des producteurs labellisés commerce équitable, sourcing de caoutchouc sauvage payé au juste prix… La marque va très loin, jusqu’à acheter ses matières premières à deux fois le prix du marché pour garantir des normes sociales et écologiques de qualité, et à travailler avec des banques propres n’entretenant pas de filiales dans les paradis fiscaux. Un vrai modèle de développement responsable, très loin d’un maquillage marketing.

Veja beige
ante meridiem

L’espace présentant le plus grand nombre de marques éco responsables au sein de la Garçonnière est très certainement le corner soins. Il faut dire que le secteur de la beauté a depuis longtemps pris le tournant éthique, sans doute par une demande plus forte de traçabilité des consommateurs sur ce qu’ils appliquent à même la peau. Ante Meridiem possède par exemple sur une production française à base d’ingrédients naturels 100% certifiés bio, tout comme Barbe’n’blues, qui travaille avec un laboratoire certifié « Nature et progrès », et Bivouak, dont le producteur va même jusqu’à posséder ses propres champs pour y planter les ingrédients nécessaires, en les faisant entretenir par une soixantaine de moutons. (On aimerait beaucoup aller y faire un reportage).

Alors, premier de la classe pour les marques engagées La Garçonnière ? N’exagérons rien. Il nous reste encore beaucoup de travail pour sourcer des acteurs toujours plus responsables au sein de cette immense industrie qu’est la mode. (Et pour arrêter d’utiliser des gobelets jetables pour les cafés pour certains d’entre nous que je ne citerais pas.) Une démarche loin de se résumer à des questions aussi simples que la production locale ou la certification bio... Ah si, il y a un point cependant sur lequel nous sommes vraiment au point : la bouffe ! Que ce soit dans la sélection de vins, tous naturels, bio ou biodynamiques, les tartinables d’apéros de superproducteur, toujours fabriqués avec des matières premières achetées localement autour des sites de production, les cognacs de vigneron Bourgoin, ou les miels Hédène, provenant d’une apiculture raisonnée, les artisans de notre rayon épicerie fine sont tous au top !