C'est comme ça que tout a commencé
Marrakech, 6 janvier 2017, 25 degrés.

Affalée sur un toit terrasse brûlant, la bande de La Garçonnière se repose… Pardon… travaille. Ambiance La Verité si je mensAlabina en musique de fond, et trois tagines par jour. Au calme. La seconde saison de Noël vient de se terminer, les chiffres sont bons, et nous avons bossé 13 heures par jour, week-ends compris, pendant un mois, augmentant même l’effectif jusqu’à 17 vendeurs en boutique les derniers samedis de décembre. Rincés. Pas le temps de réfléchir, de se projeter, un seul objectif en tête : vendre des cravates, vider le stock de spiritueux, fournir des chinos à tout Paris. Et plus sérieusement, faire de ce projet ambitieux une aventure réussie, défendre notre modèle, nos marques, nos valeurs. Prouver que loin de la sinistrose ambiante, il y a des projets qui fonctionnent, et des consommateurs heureux qui font des entrepreneurs comblés.

Décembre semble désormais loin. Noël est passé, les vacances aussi, et l’équipe est partie au soleil pour faire le point sur la suite. Consolider la boutique ? En ouvrir une deuxième ? Partir faire un pop-up à Tokyo ? Lancer des collaborations exclusives avec nos marques préférées ? Organiser des évènements dingues et inattendus ? Slip ou caleçon ? Les idées fusent presque aussi vite que les vannes dans notre retraite marocaine. Surtout les vannes pourries… si vous suivez un peu, vous aurez compris que l’équipe est très fatiguée. Mais les balades dans la Medina, les siestes au soleil et le poisson grillé nous remettent d’aplomb.

Dans les ruelles de la Medina à Marrakech

Petit à petit, au cours de nos discussions, nous nous recentrons sur le cœur de ce qu’est la Garçonnière : la rencontre de six entrepreneurs ayant créé leurs marques, et devenus des amis en travaillant ensemble. Une bande de potes qui aime les bons dîners, les voyages au long cours, le vin, la musique, et qui ont tous en commun d’avoir décidé il y a longtemps que la vie de bureau n’était pas faite pour eux. Et qu’ils préfèrent mener une vie un peu plus risquée, travailler beaucoup mais s’amuser encore plus. Vivre des aventures. Monter une marque de fringues, partir vivre un an en Thailande, s’entraîner pour l’Iron Man, traverser le continent américain en stop, explorer la Laponie en 4x4…. Au fond, à travers la Garçonnière, nous ne faisons que proposer une sélection, forcément subjective, des essentiels de la vie masculine pour nous accompagner dans toutes ces aventures. Une sélection d’ailleurs soigneusement passée en revue chaque semaine, afin d’être sûrs que les marques s’intègrent à l’ensemble, et correspondent aux valeurs que nous souhaitons défendre : le plus possible de créateurs indépendants, des produits bien faits, des matières premières de qualité, et une main d’œuvre au savoir-faire certain.

Plat à tajine fumant dans les souks de Marrakech
Cactus et bleu dans les jardins de Majorelle à Marrakech
Et la mode dans tout ça ? Bonne question ! La mode, nous l’avons toujours vue comme un moyen, jamais comme une fin. Comme bon nombre d’hommes de notre génération, nous aimons nous occuper de nous, peut-être un peu plus que nos pères, mais de là à passer des heures dans une cabine d’essayage, il y a un pas que nous ne franchissons pas. À nos yeux, si les vêtements doivent être esthétiques et élégants, ils doivent aussi nous accompagner dans notre quotidien, être solides, facilement portables et bien construits. Et pour tout ça, nous faisons confiance aux marques que nous choisissons pour présenter leurs créations en boutique, c’est leur métier et elles le font très bien. Savoir ensuite si le parme ou les pois orange sont à la mode ce printemps, nous laissons ça aux spécialistes. C'est d'ailleurs bien pour cette raison que nous n'avons pas construit La Garçonnière comme une boutique dédiée à la mode pour l'homme, mais bel et bien à son style de vie. Une diversité qui nous permet de garder nos distances, de prendre ces thèmes à la légère tout en restant rigoureusement exigeants. En lançant le magazine de la Garçonnière, nous souhaitons donc vous emmener avec nous non pas pour analyser la mode - ce que de multiples blogs de qualité font très bien par ailleurs - mais voir les moments quotidiens pour lesquels les vêtements sont faits, dans la vraie vie. Il s’agira notamment de proposer des reportages long format autour de nos thématiques, bientôt autour de la moto ou d’un voyage en Californie par exemple. Mais vous nous verrez aussi partir à la pêche à la truite et lamentablement nous planter, visiter de superbes ateliers d’artisans aux quatre coins de la France, cuisiner ensemble à partir des recettes proposées dans nos livres de cuisine…. Vous faire partager quelques-unes de nos aventures. En espérant qu’elles inspireront les vôtres.
L'équipe de la Garçonnière visite les souks de Marrakech
les rues marocaines, vélo et voitures
La Koutoubia à Marrakech depuis le taxi
Marché aux légumes des souks
L'équipe en djellaba et chèche sur les buggy
Vélo et signalisation dans les rues de marrakesh
Le désert noir autour de Marrakesh, au fond la chaîne de l'Atlas
tour en buggy dans le désert noir, face au soleil
medina marrakesh, palmiers sur les toits
La place jemaa el fna depuis les terrasses