titre navarin d'agneau recette 1 garconniere
Le printemps dans ton assiette.

La cuisine traditionnelle, ce n’est pas qu’une affaire de sauces, de grands-mères, et de calories. C’est aussi, et surtout, une affaire de bon sens. Pour faire un navarin par exemple, il faut de l’agneau, c’est évident, mais aussi, et surtout, toute une multitude de petits légumes verts que la nature fait revenir au printemps. Pas avant, ou alors c’est en boîte ou surgelés, et c’est moins bon. Du coup, une fois ces petites douceurs écloses, on peut faire un navarin.

Comme en plus on tue traditionnellement les agneaux au printemps, ça tombe plutôt bien. On coupe tout ça en cubes et en bâtons, on jette le machin dans une marmite, on met du beurre, on touille, on mijote, on se siffle un verre de pinard en attendant, et hop, on sert un navarin à ses potes ébahis. La base. Vous pourriez nous dire que début juin, la recette de printemps qui tombe bien, il faudrait voir à ne pas trop se foutre de votre tête, et vous aurez raison. La saison avance, et on serait presque bientôt à l’époque de la ratatouille que ça ne surprendrait personne. Certes, mais nous sommes en retard, voyez-vous ? Un peu hein, pas beaucoup. On avait prévu de sortir le magazine de La Garçonnière il y a deux mois, et une chose en amenant une autre, tout ça a traîné. Il faut dire qu’il s’en est passé des choses en deux mois : L’élection présidentielle - mangée, elle, à toutes les sauces - les 657 conneries quotidiennes d'un certain Donald T., la 3ème guerre mondiale qu’on a encore évitée de peu, et puis tout un tas de machins à la télé dont on ne saurait pas vous dire grand chose, on ne la regarde pas beaucoup ces temps-ci... Mais on a eu ouïe dire que Koh Lanta existait encore - étonnante performance - et qu’un type foutait des nouilles dans les slips de ses collaborateurs, ce qui malheureusement nous surprend moins (venant de lui).

Mais revenons à nos agneaux, surtout en petits morceaux fumant dans votre assiette. Tous ces sujets qui nous ont mis en retard, c’est parfait pour faire la conversation en mangeant, alors ne venez pas nous accuser d’avoir traîné. Donc, comme on n’est pas des branques, on se débrouille pour trouver des petits pois, des carottes, des mange-tout et de la barbaque, et on s’y met. En plus, la recette est tirée du livre Grillé, d’Hugo Desnoyer, a.k.a la référence chez les bouchers, qui s’y connait un peu en matière de bidoche. Un bouquin bien entendu disponible à la boutique. Bonus, nous avons même un navarin d’agneau artisanal tout prêt, mis en bocal dans la Manche avec amour par la Conserverie Saint Christophe, pour ceux qui sont vraiment allergiques aux casseroles. Elle est pas belle la vie ? Vous nous remettrez un verre bien rempli pour fêter ça ! Sur ce, on y retourne, il reste un ceviche à faire, c’est à la mode et l’été approche.

plancher sur la recette, très important. Navarin d'agneau par la Garçonnière

Ingrédients pour 4 personnes.

- 150 g de jeunes navets (non, on ne parle pas des films de Roland Emmerich)

- 150 g de carottes

- 1 gousse d’ail

- 20 g de beurre (conseil de pros : vous pouvez avoir la main lourde à ce sujet)

- 2 cuillères à café de sucre en poudre

- 2  cuillères à soupe d’huile de tournesol

- 800 grammes de viande d’agneau (épaule, collier), coupée en gros cubes

- 1 cuillère à soupe de farine

- 12 cl de vin blanc (idem remarque sur le beurre)

- 1 cube de bouillon de volaille

- 1 cuillère à soupe de concentré de tomate

- 1 bouquet garni

- 150 g de haricots verts frais

- 150 g de petits pois frais, écossés (faciles à reconnaitre : roux et en kilt)

- 400 g de petites pommes de terre nouvelles

- 5 branches de persil plat, effeuillées et ciselées

- Sel, poivre du moulin

Le livre "Grillé" et les ingrédients

1. Épluchez les navets et les carottes, coupez les premiers en quartiers et les secondes en bâtonnets, retirez la première couche des oignons nouveaux, coupez-les en quartiers. Épluchez et hachez finement l’ail.

2. Faites fondre le beurre dans une cocotte, ajoutez les navets, les carottes et les oignons ainsi que le sucre. Faites revenir le tout pendant 10 minutes, à feu moyen, en remuant fréquemment.
3. Retirez les légumes de la cocotte, ajoutez l’huile et faites colorer la viande de tous côtés jusqu’à ce qu’elle soit dorée.
4. Ajoutez l’ail, faites revenir à nouveau 2 minutes puis saupoudrez de farine. Prolongez la cuisson pendant 2 minutes tout en remuant.
5. Versez le vin blanc, émiettez la tablette de bouillon de volaille, ajoutez le concentré de tomate et le bouquet garni, mélangez puis couvrez et laissez cuire pendant 1 heure à petits frémissements en remuant de temps en temps.
6. Pendant ce temps, équeutez les haricots verts et coupez-les en 2. Faites chauffer un grand volume d’eau dans une casserole. À ébullition, plongez-y les haricots verts, au bout de 7 minutes, ajoutez les petits pois et prolongez la cuisson pendant 6 minutes. Egouttez les légumes et passez-les sous l’eau froide pour les garder al dente.
7. Rincez et séchez les pommes de terre, coupez-les en 2 si elles sont trop grosses. Après 1 heure de cuisson, ajoutez-les au contenu de la cocotte. Au bout de 30 minutes, ajoutez les carottes, les navets et les oignons.
8. Lorsque les légumes sont tendres, incorporez les petits pois et les haricots verts, laissez-les réchauffer quelques minutes, poivrez, salez si nécessaire puis retirez du feu.
9. Servez le navarin, parsemé de persil ciselé.
ail et oignons ciselés et épluchésail et oignons ciselés et épluchés
insérer les légumes
La cuisson de l'agneau, une étape importante
Le résultat final du navarin d'agneau

Vus dans cet article